22 août 2015

Le Royaume des Voleurs

Article écrit le 03/04/2011

Le Royaume des Voleurs de William Ryan1936, début de la terreur stalinienne. Le cadavre mutilé d’une jeune femme est retrouvé sur l’autel d’une église désaffectée. L’inspecteur Korolev, chef de la section criminelle de la Milice de Moscou, est chargé d’enquêter. Comme la victime est citoyenne américaine, l’organisation la plus redoutée de toute la Russie, appelée NKVD, s’en mêle. Les moindres faits et gestes de Korolev sont observés. Bien décidé malgré tout à découvrir ce qui se cache derrière ce crime effroyable, il pénètre dans le royaume des Voleurs, ces individus qui règnent sur la pègre moscovite. À mesure que d’autres corps sont découverts et que la pression venue d’en haut augmente, Korolev se demande qui sont les vrais criminels dans cette Russie où prédominent la peur, la faim, et l’incertitude.

Le Royaume des Voleurs de William Ryan, 362 pages, Éditions des Deux Terres, 2011

Mon avis : Le corps d'une jeune femme est retrouvé dans une ancienne église en Russie. La jeune femme a été torturée et a priori il s'agit d'un nouveau meurtre parmi tant d'autres... Jusqu'à ce que surgisse un nouveau corps, un homme, torturé de la même façon... Le colonel Gregorine du NKVD s'intéresse alors à l'enquête de très près, et donne à l'inspecteur Korolev les autorisations nécessaires au fil de ses recherches qui finiront par révéler des traitres.

L'intrigue est menée de main de maître du début à la fin. L'introduction, qui n'est autre que le récit de la mort de la nonne vue par son bourreau, nous accroche immédiatement et le reste du livre ne nous lâche plus une seule seconde ! J'avoue avoir eu du mal avec certaines appellations n'étant pas une férue d'histoire. Heureusement que j'avais un connaisseur à proximité pour m'expliquer. Et oui, le contexte politique de l'époque participe énormément à l'atmosphère générale de peur de ce livre.
N'oublions pas les personnages bien évidemment, plus particulièrement l'inspecteur Korolev que l'on suit de chapitre en chapitre hormis quelques brefs passages où l'on entre directement dans les pensées de l'assassin. Korolev arrive ici avec son expérience dans la police et surtout celle de la guerre. Il paraît assez bourru de premier abord, mais des détails me font penser que si on gratte un peu la surface, il est aussi un grand tendre à ses heures perdues (à suivre dans les prochains livres peut-être). Espoir également dans ces prochains livres d'en découvrir plus sur les autres personnages : Babel et Valentina Nikolaevna notamment... Ceci dit, sur ce livre, il y avait déjà tant à découvrir, entre le personnage de Korolev, le contexte de l'époque, l'intrigue en elle-même, que ça aurait peut-être été un peu indigeste !

Note : 4 bulles sur 5

Merci à Babelio et aux Éditions des Deux Terres pour cette édition spéciale de masse critique !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...