27 septembre 2017

Avec tes yeux

Thomas ne croit que ce qu'il voit, mais personne ne le croit.
Depuis quelque temps, Thomas fait des rêves atroces. D'épouvantables rêves qui le réveillent en sursaut et morcellent son sommeil qu'il a déjà fragile. Si ce n'était que ça ! Après une séance d'hypnose destinée à régler ses problèmes d'insomnie, il est en proie à des visions. Il se voit, à travers les yeux d'un autre, torturant une jeune femme... Persuadé qu'un meurtre est effectivement en train de se produire, il part à la recherche de la victime. Le cauchemar de Thomas ne fait que commencer.


Avec tes yeux de Sire Cedric

Avec tes yeux de Sire Cedric, 618 pages, France Loisirs, 2016

Mon avis : Depuis quelques années, Thomas est victime d'insomnies. Décidé à y mettre fin, il décide de passer par l'hypnose. Dès lors, tout va basculer. Des visions d'horreur vont s'imposer à lui, jusqu'à ce qu'il comprenne qu'il s'agit de scènes bien réelles vues par les yeux d'un assassin. Persuadé que cet homme s'apprête à tuer une jeune femme, Thomas rassemble tous les éléments qu'il peut tirer de ses "visions" pour retrouver cette femme.

Avec tes yeux est le premier livre de Sire Cedric que je lis. J'ai adoré ! La plume de l'auteur est vraiment très fluide. Il ne lésine pas sur les descriptions, particulièrement les scènes de torture et compagnie, sans être trop lourd. Sire Cedric nous plonge dans une ambiance très angoissante dès la première page. Le fait que les scènes de meurtres soient décrites par Thomas qui se retrouve totalement impuissant face aux évènements, renforce encore plus ce sentiment d'angoisse. J'avoue que certaines scènes m'ont donné de sacrés frissons. D'autres éléments directement en lien avec cette "connexion" entre Thomas et l'assassin participent à cette atmosphère, mais sur ce point je ne vous en dis pas plus.

Côté personnages, Thomas ne va pas se laisser aller face à ses visions. Dès qu'il comprend de quoi il retourne, il n'hésite pas à tout faire pour aider la victime, quitte à prendre de gros risques.
Le personnage de Nathalie, gendarme mise sur la touche par son père, est bien décidée à prouver ce dont elle est capable, même si pour cela elle doit enfreindre certaines règles.
Il y a bien d'autres personnages dans ce livre mais il m'est difficile de parler de chacun d'eux, en particulier si je veux éviter de vous spoiler.

L'énigme est menée de main de maître. Il n'y a qu'un détail que j'avais vu venir assez rapidement mais qui n'a absolument pas gâché ma lecture. Je n'avais pas du tout deviné le fin mot de l'histoire. Ou plutôt les fins mots, puisqu'ici Sire Cedric tisse une double énigme à merveille.

Pour moi ce livre a été un véritable page turner que je vous conseille vivement (avec le titre, vous vous en doutez, mais ceux qui ont un sérieux problème avec les yeux, évitez peut-être quand même ;-) ...)

19 septembre 2017

Atom[ka]

À quelques jours de Noël une affaire d'envergure démarre pour Lucie Hennebelle et Franck Sharko, policiers dans la fameuse section criminelle du 36, quai des Orfèvres. Christophe Gamblin, journaliste de faits divers, est retrouvé mort de froid, enfermé dans son congélateur. Sa collègue et amie a disparu, alors qu'elle enquêtait sur un gros dossier explosif dont personne ne connaît le contenu. Sa seule trace est son identité griffonnée sur un papier détenu par un enfant errant très malade, aux organes déjà vieillissants. En parallèle, une ancienne affaire de femmes enlevées refait surface : des victimes jetées vivantes mais inconscientes dans des lacs quasi gelés, et secourues in extremis grâce à des coups de fil mystérieux à la police. Tandis que l'enquête s'accélère, Sharko est confronté à de vieux démons. Une ombre évolue dans son sillage, jouant avec lui de manière dangereuse. Un duel secret et cruel s'engage alors, détruisant le flic à petit feu...



Atom[ka] de Franck Thilliez, 596 pages, France Loisirs, 2013

Mon avis : Avec Atom[ka], nous retrouvons Franck Sharko et Lucie Henebelle dans une nouvelle enquête qui va à nouveau les amener au-delà des frontières de la France à la recherche de dangereux criminels. À l'approche de Noël, le corps d'un journaliste est retrouvé dans un congélateur. L'une de ses collègues disparaît mystérieusement. Et pour couronner le tout, un enfant inconnu est retrouvé avec les coordonnées de la jeune femme dans sa poche. En parallèle, Sharko s'obstine dans l'idée que quelqu'un tente de le piéger.

Encore une fois Franck Thilliez nous embarque dans une enquête complexe en nous plongeant dans des décors tous plus glacials les uns que les autres, au propre comme au figuré. Sa plume est toujours aussi agréable à lire.

Comme toujours il n'épargne pas Sharko et Henebelle. Quoiqu'il arrive c'est à croire qu'ils n'auront jamais l'esprit tranquille. J'avoue avoir eu un sentiment mitigé face au personnage de Lucie dans ce livre. Bien sûr elle a vécu des moments très difficiles, mais je l'ai trouvée très versatile et ça m'a plutôt déstabilisée.

L'énigme est menée de main de maître. Dommage que j'ai deviné à l'avance l'implication de l'un des personnages, mais ça n'a pas gâché ma lecture pour autant (il s'agit d'un élément de l'énigme mais pas de la solution). Ici, l'auteur nous met face à un savant fou sans scrupule.

J'ai hâte de découvrir la suite pour avoir les réponses aux questions qui restent en suspens en fermant ce livre.

13 septembre 2017

Yesterday's Gone, saison 2, épisodes 1 et 2 : Le prophète

Cinq mois se sont écoulés depuis que l'apocalypse s'est abattue sur la Terre. Les survivants se sont organisés, malgré la réalité cauchemardesque qui les cerne.
Brent vit désormais sur Black Island où une poignée d'hommes tentent de préserver les derniers vestiges de civilisation. Alors qu'il reste accroché à l'espoir de retrouver les siens, l'horreur va cruellement le frapper de plein fouet...
Le groupe de rescapés mené par Desmond a enfin quitté l'hôtel où il était piégé, pour s'installer dans une ferme de l'Alabama. Un semblant de quotidien s'est mis en place, bientôt bouleversé par une vague d'abominations qui s'abat sur eux...
Quant à Boricio, le tueur solitaire, il prend de plus en plus de plaisir à la tête de la Boricio Team. Et parmi ses jeunes recrues, contre toute attente, Charlie fait preuve d'aptitudes tout à fait enthousiasmantes...




Yesterday's Gone, saison 2, épisodes 1 et 2 : Le prophète de Sean Platt et David Wright, 219 pages, Fleuve Éditions, 2016

Mon avis : Avec plusieurs mois de retard, je vous mets enfin ma chronique pour ce livre. Je ne vais pas m'attarder, je n'ai plus forcément tout en tête et surtout je ne veux pas vous spoiler sur les tomes précédents ! Pour rappel, Yesterday's Gone est une série livresque post-apocalyptique dans laquelle nous suivons le quotidien de personnages au lendemain de la disparition soudaine de la population. Seule une poignée d'individus n'a pas disparu, et ils ne sont pas tous des enfants de cœur... Que s'est-il passé ? Où est le reste de la population ? Sont-ils morts ? Quelles surprises attendent les rescapés à l'extérieur ?

J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver certains personnages et découvrir leur évolution depuis le livre précédent, puisque du temps s'est écoulé entre les deux, et aussi au fil des pages. Le chemin pris par certains fait un peu peur.

On ne retrouve pas tous les personnages dans ce livre, aussi certains m'ont manqué, et j'espère les retrouver dans le prochain livre pour découvrir ce qu'ils sont devenus et éclaircir certains mystères, en particulier concernant Edward.

Le final m'a laissée comme deux ronds de flan avec une théorie émise par l'un des personnages qui va tout bouleverser sur notre vision des évènements. J'ai plus que hâte de découvrir les prochains épisodes.

11 septembre 2017

Le Pumpkin Autumn Challenge

Bonjour à tous, je vous retrouve une troisième fois aujourd'hui (c'est la fête !) pour vous présenter ma PàL pour le Pumpkin Autumn Challenge.

Le Pumpkin Autumn Challenge c'est quoi ? Alors comme je suis à la bourre, je ne vous apprends sûrement rien : il s'agit d'un challenge organisé par Guimause de la chaîne Le Terrier de Guimause, qui, vous l'aurez compris, ce rapporte à cette belle période qu'est l'automne. Il se déroule du 1er septembre (quand je vous dis que je suis à la bourre !) au 30 novembre et comporte 3 menus intégrant chacun 2 catégories. Je vous laisse ici le lien vers sa vidéo et l'article sur son blog, où elle vous exposera 100 fois mieux que moi les règles du challenge !

Sans plus tarder je vous présente donc ma PàL pour ce challenge. J'ai choisi de lire 2 livres par menu.





Dans le menu Automne Frissonnant j'ai choisi de lire Avec tes yeux de Sire Cedric pour la catégorie Hurlons dans les Bois et Rebecca Kean, tome 1 : Traquée de Cassandra O'Donnell pour la catégorie La Crypte des Morts-vivants.





Pour la catégorie Creepy, Spooky, Halloween du menu L'automne Douceur de vivre, je vais entamer la saga de L'Épouvanteur avec le tome 1, L'apprenti épouvanteur. Et pour la catégorie "Fall" in Love, je lirai Tristan et Iseult (ça a été difficile de trouver une romance dans ma PàL, c'est le mieux que je puisse faire !)





Et enfin, pour le dernier menu L'automne Enchanteur, j'ai choisi de lire Les Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley pour la catégorie Légendes d'ici et d'ailleurs et Le Pays des Contes, tome 1 : Le sortilège perdu de Chris Colfer pour la catégorie Féérique Citrouille, Bibbidi-Bobbidi-Boo !





Je pense que je vais commencer le week-end prochain avec L'automne Frissonnant : je ne pourrai pas participer au prochain week-end à lire, du coup il y a de bonnes chances pour que je m'en improvise un ce week-end, sur la base d'un bon vieux week-end à 1000...

Concernant le challenge, j'ai pu trouver des livres entrant dans chaque catégorie mais ce n'était pas gagné : tout ce qui est romances, légendes et contes de fée, est assez rare dans ma bibliothèque. Si Guimause reconduit ce challenge l'an prochain (je l'espère !) je pense que je resterai sur le menu de L'automne Frissonnant avec lequel, pour le coup, il y a franchement de quoi faire dans ma PàL.

N'hésitez pas à me dire si vous participez au challenge et les livres que vous avez prévu de lire ! Bonnes lectures les dévoreurs !

Quelques pas de plus

Sora vient d'apprendre qu'elle doit passer le reste de sa vie à béquilles. Lycéenne à mi-temps, handicapée à plein temps : voilà à quoi se résume désormais son quotidien. Elle pourrait s'y faire si Kay, sa grande soeur, n'était pas rongée par un mal mystérieux. Alors Sora décide de prendre les choses en main et d'enfiler la cape de ces super-héros qu'elle aime tant.
L'objectif : sauver sa sœur.
Son meilleur atout : l'héritage navajo que lui a transmis sa mère, un ancien pouvoir de guérison qui pourrait les aider, Kay et elle.
Le problème, c'est qu'elles ne sont pas les seules à le chercher... et leur rival est prêt à les suivre jusqu'au bout du monde pour parvenir à ses fins !




Quelques pas de plus d'Agnès Marot, 343 pages, Scrineo, 2017

Mon avis : Dans Quelques pas de plus, on suit deux sœurs, Sora et Kay, particulièrement unies. Leur mère est morte, quant à leur père, un homme violent, il est aux abonnés absents. Sora vit une période difficile au lycée : si certaines personnes la soutiennent, d'autres sont franchement cruels avec elle, en particulier Marc qui ne lui laisse pas beaucoup de répit, se moquant de son handicap. En effet suite à une mauvaise chute (de mémoire), elle est devenue dépendante de ses béquilles, la moindre mobilisation de la cheville lui provoquant de violentes douleurs. Progressivement Sora va se rendre compte que Marc, puis sa grande sœur, ont une attitude étrange. Et elle craint que sa sœur devienne une autre personne. C'est ainsi qu'elles vont partir en voyage, pour remonter à leurs origines navajos qui leur viennent de leur mère.

J'ai vraiment apprécié la plume d'Agnès Marot. Je l'ai trouvée très fluide, très agréable. Elle transmet très bien les sentiments des personnages. Et je dois dire que du point de vue de Sora et son vécu du handicap, j'ai trouvé ça très intéressant. Même si j'ai une assez bonne idée de la pathologie concernée compte-tenu de la dédicace et de ce qui est décrit, je trouve un peu dommage que le diagnostic ne soit pas mentionné, en tout cas je n'ai pas souvenir de l'avoir lu... mais bon, on va dire que c'est de la déformation professionnelle...

Le point négatif, pour ma part en tout cas, ce sont les personnages. J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans l'histoire parce que beaucoup de mal à m'identifier aux personnages. Je pense que le problème vient du fait que Sora est lycéenne. À presque 33 ans j'avoue ne plus me sentir concernée par tout ce qui a  un rapport avec le lycée de près ou de loin, et du coup en terme d'âge, je ne me sentais pas du tout proche de notre personnage principal. Alors vous me direz que je lis pourtant des livres jeunesses... oui mais je pense que c'est vraiment cette période lycée à laquelle je n'arrive pas à accrocher de façon générale.
Du reste j'ai trouvé que l'on croisait beaucoup de personnages, mais qu'ils ne sont pas développés. Seule Sora est vraiment creusée, ensuite Kay l'est un peu mais pas autant que je l'aurais souhaité. Et pour les autres, on reste très en surface. Je pense notamment au personnage de Marc. Sans trop rentrer dans les détails, j'aurais vraiment aimé avoir un aperçu de ce qui peut se passer dans sa tête face à ce qu'il vit.

En dehors de ce point, c'est un récit que j'ai apprécié. J'ai beaucoup aimé les différentes références de Sora. Pour le coup c'est peut-être le point qui m'aura permis de me sentir un peu proche d'elle. En lisant ce livre j'y ai retrouvé une atmosphère que j'aimais il y a quelques années, notamment la série Charmed, donc ça fait remonter de bons souvenirs. Même si l'issue de ce livre est prévisible, j'ai aimé la façon dont l'auteure aborde les différents évènements et ce qui advient de certains personnages (ce qui pour le coup n'est pas prévisible, en tout cas je ne l'avais pas vu venir pour ma part).

C'est donc un livre dont j'ai globalement apprécié la lecture, mais qui aurait mérité plus d'approfondissements notamment vis à vis des personnages.

In My Mailbox #14

In My Mailbox
Mis en place par Kristi du blog The Story Siren, In My Mailbox est le moyen de partager les livres reçus/achetés sur la semaine (sauf qu'ici je le fais sur le mois). En France, le rendez-vous a lieu sur le site de Lire ou Mourir.

Bonjour à tous ! Je vous retrouve de bon matin pour un In My Mailbox, que je n'ai pas eu le courage de faire en rentrant de mon weekend hier (vive les RTT !). Je n'ai pas été très sage ce mois-ci, mais je pense qu'il y a franchement pire que moi niveau achats. Je vais essayer de me rattraper, mais ce n'est pas gagné...



En vue des Halliennales qui se dérouleront le 7 octobre, j'ai acheté L'héritier du roi Arthur, tome 1 : Chroniques des prophéties oubliées de Bertrand Crapez et Journal d'un marchand de rêves d'Anthelme Hauchecorne. La couverture de Journal d'un marchand de rêves me fait vraiment très envie, mais j'ai cru comprendre que les retours n'étaient pas très positifs... on verra bien !



J'ai également acheté, chez France Loisirs, Les Dames du Lac de Marion Zimmer Bradley. J'avais lu La chute d'Atlantis il y a quelques années et j'avais très envie de découvrir d'autres livres de l'auteure. Je me suis pris Veillerez-vous sur moi ? de Liam McAllister, du thriller. J'ai déjà un livre de l'auteur dans ma PàL que je n'ai jamais pris le temps de lire. Il faudrait peut-être que je me décide à le découvrir... Et enfin, un achat non prévu avec Ki & Vandien de Megan Lindholm alias Robin Hobb. Je l'avais repéré il y a quelques mois mais j'en avais déjà plein les mains. Et quand je suis retournée à la boutique quelques semaines après, ils ne l'avaient plus. Finalement surprise, ils l'avaient remis en rayon la dernière fois où je suis venue, donc cette fois-ci j'ai sauté dessus !

N'hésitez pas à me dire si certains de ces livres vous intéressent ou si vous en avez lu et ce que vous en avez pensé. Bonne semaine !

08 septembre 2017

Chaos, tome 1 : Ceux qui n'oublient pas

Paris, gare de Lyon. Une jeune femme brise une éprouvette et libère un virus inconnu qui se nourrit de la mémoire et frappe sans distinction d’âge, de sexe ou de milieu social.
Peu à peu, les infectés perdent toute capacité à penser et à agir. Malgré les mesures gouvernementales, l'épidémie se répand dans le pays, et même au-delà. Bientôt, le monde se peuple de « zombies », coquilles vides, errantes, répétant le même geste à l’infini.
Au milieu des décombres survivent quelques miraculés, des immunisés. Parmi eux, Chloé, Phil', Claudy et Arthur. Ils n’ont rien en commun et ne se connaissent pas. Pourtant, une voix mystérieuse leur souffle de se rencontrer.
Dans cette France en proie au chaos, ils doivent découvrir qui a déclenché la pandémie et, surtout, mettre fin à son œuvre de destruction.




Chaos, tome 1 : Ceux qui n'oublient pas de Clément Bouhélier, 453 pages, Éditions Critic, 2016

Mon avis : En pleine gare, une jeune femme va détruire une éprouvette sans que qui que ce soit, en dehors d'un adolescent qui ne comprendra ce geste que trop tard, ne s'en rende compte. Initialement quelques personnes commencent à se plaindre de maux de têtes intenses, puis de troubles de la mémoire, pour finir par ne plus pouvoir interagir avec les autres, manger, se mouvoir... A priori pour les médecins il ne s'agit pas d'un virus. Ils sont tout simplement incapables d'expliquer ce phénomène et de l'enrayer. Quatre personnes que tout oppose semblent immunisées contre ce phénomène et vont assister, impuissantes, à des scènes de violences et de désolation jusqu'à se retrouver pratiquement seules...

Je vous le dis d'emblée, j'ai adoré ce livre ! La plume de l'auteur est très agréable à lire. Il nous plonge parfaitement dans une ambiance angoissante, qui monte crescendo au fil des pages et nous empêche de refermer ce livre. Il ne faut pas s'attendre à de l'action ici. L'auteur plante vraiment le décor mais sans que ce soit ennuyant, bien au contraire. Il décrit parfaitement chaque étape de la propagation de cette maladie de l'oubli depuis la phase de contagion jusqu'au moment du signalement où les médecins réalisent qu'ils sont face à une épidémie.

On croise beaucoup de personnages dans ce livre et c'est peut-être le point négatif que je lui reproche : il y en a trop, et j'ai parfois eu du mal à m'y retrouver. J'ai donc eu besoin de pas mal de concentration sur ce point en particulier.
Concernant les personnages immunisés par cette "maladie", c'est un grand mystère, puisqu'ils sont totalement différents les uns des autres. Arthur est un jeune homme qui a plutôt bien réussi dans la vie. Chloé est une jeune femme qui s'est retrouvée à tourner des films pour adultes. Phil' est un adolescent comme un autre terrorisé par ce qui se passe autour de lui. Et enfin Claudy est un ancien banquier, veuf, à la retraite...

Quel est donc le point commun qui les relie, pourquoi eux ? C'est l'une des grandes questions qui se pose. L'autre étant : quel est l'origine de cette maladie ? Pour ma part le mystère est complet. Il y a clairement une note de fantastique derrière tout ça. Mais pour ma part, je n'ai pas vraiment compris les passages en rapport avec cet aspect fantastique des choses. J'ai donc hâte de lire le second tome afin d'obtenir les réponses à mes questions.

07 septembre 2017

Traque mortelle

Commandant de police au 36 quai des Orfèvres, Judith peut au quotidien compter sur le soutien sans faille de sa coéquipière et meilleure amie, Magali. Après la découverte de plusieurs cadavres, les deux inséparables sont sur le pied de guerre. Même si la mise en scène est chaque fois différente, nul doute qu'il s'agit de l'œuvre d'un serial killer : chaque mort est inspirée de scènes de meurtre films célèbres. Confrontées à la rivalité de leurs collègues du 36 et à une vie privée chaotique, Judith et Magali se retrouvent bientôt face à un obstacle qu'elles n'avaient pas envisagé : en guise d'indices, le tueur laisse sur les scènes de crime des objets leurs appartenant.
Pour mettre la main sur l'assassin, elles devront d'abord comprendre ce qui les lie. Une traque effrénée commence...



Traque mortelle de Sandra Alves, 351 pages, Éditions Nouvelles Plumes, 2014

Mon avis : Deux corps sont retrouvés à intervalle très court, une femme puis un homme. Certains éléments laissent penser qu'il s'agit d'un tueur en série s'inspirant de films. D'une façon ou d'une autre le tueur va laisser des indices liant les cadavres les uns aux autres. Judith et Magalie vont être rappelées sur leur repos pour enquêter.

La plume de l'auteure m'a dérangée, du moins en partie. J'ai souvent été perdue dans les parties dialogues. J'avais parfois du mal à m'y retrouver et savoir qui parlait, je trouvais que ça partait un peu dans tous les sens avec un dialogue bien installé mais sans indication sur l'identité de la personne qui parle à ce moment-là. J'ai donc eu besoin de bien me concentrer sur ce point. En revanche j'ai bien accroché au style hâché de l'auteur qui donne un excellent rythme au livre. J'ai eu beaucoup de mal à le lâcher.

Côté personnages, nos deux enquêtrices principales sont très attachantes. Judith est mère d'une jeune fille, Sarah, qu'elle élève seule suite à la mort sur le terrain de son mari, lui aussi policier. Magalie, sa meilleure amie la soutient beaucoup et est une aide précieuse au quotidien. Si Judith est du genre posée, réfléchie, en revanche Magalie est très impulsive. Les deux amies et collègues se complètent parfaitement l'une l'autre.
Malheureusement j'ai trouvé que les autres membres de l'équipe étaient peu creusés. Ils sont là uniquement pour servir à l'enquête mais n'ont pas vraiment de profondeur.
En revanche on va croiser des personnages totalement exécrables y compris parmi les collègues de Judith et Magalie, et qui vont donner encore plus de matière à ce livre, au delà de l'énigme, en "pimentant" le quotidien au sein du 36 quai des Orfèvre.

J'ai eu peur initialement quand j'ai compris que le tueur s'inspirait de films, je craignais une sorte de remake livresque de Copycat version meurtres en série au cinéma, mais pas du tout ! L'énigme est parfaitement menée. Je n'ai deviné qui était le coupable que quelques pages avant la révélation par l'auteure (mais genre 2 pages avant grand max... donc je pense que c'était déjà voulu par l'auteure à ce moment là quoi...). Quand on y réfléchit c'était évident pour tout bon fan de thriller qui se respecte, mais c'est là où elle fait fort, puisqu'elle brouille tellement bien les pistes qu'on ne voit rien venir !

Donc malgré un style d'écriture parfois dérangeant pour ma part et certains personnages sous utilisés j'ai vraiment aimé cette lecture, qui m'aura bien surprise.

06 septembre 2017

Tragic Circus

« Mesdames et Messieurs ! Jouvenceaux et jouvencelles ! Petits et grands ! Approchez, approchez ! Venez assister à un spectacle unique en son genre. Notre cirque vous ouvre ses portes et dévoile ses mystères. »
À chaque prestation, les monstres de foire enchantent les spectateurs : l’enfant funambule, le dompteur de fauves et la charmeuse de serpents, clowns et jongleurs, sans oublier l’effroyable homme sans visage...
Mais que se passe-t-il au cirque Andréani une fois le rideau retombé ? Quels sombres tourments agitent les âmes et enflamment les cœurs ? À moins qu’il n’y ait à l’œuvre une magie pernicieuse... Cela, Cătălina, la nouvelle diseuse de bonne aventure, va tenter de le découvrir, mais même les Tarots ne sauraient la prémunir contre l’indéfectible fatalité...




Tragic Circus de Cécile Guillot et Mathieu Guibé, 213 pages, Éditions du Chat Noir, 2017

Mon avis : Tragic circus est un court roman dans lequel Cătălina, diseuse de bonne aventure, va intégrer le cirque Andréani. Rapidement elle se rend compte que le directeur du cirque est bien plus intéressé par le côté financier et spectacle des talents de Cătălina que par ses réelles capacités. Par ailleurs elle va également découvrir qu'il n'est pas tout blanc, et que la bonne humeur du cirque n'est qu'une apparence. En parallèle, on suit deux personnages, un couple, très attachés à la musique et qui tentent de se faire un nom.

Je ne suis pas vraiment conquise par cette lecture. La plume (ou plutôt les plumes combinées de Cécile Guillot et Mathieu Guibé) est vraiment très agréable. Le livre se lit très facilement. On rentre très rapidement dans cette ambiance de conte qui nous est promise en quatrième de couverture... mais un conte assez sombre.

Du point de vue des personnages, je n'ai pas réussi à m'attacher à eux. Ils avaient tous quelque chose soit qui m'empêchait de les apprécier, soit qui m'empêchait de m'identifier à eux ou au moins m'en sentir proche. C'est le cas notamment de Cătălina qui est quelqu'un de doux et d'altruiste, mais il manquait un petit quelque chose.

Au niveau de l'intrigue j'étais assez perdue. On se doute qu'au bout d'un moment les deux histoires qu'on suit en parallèle vont finir par se rejoindre. Mais je ne voyais absolument pas où voulaient en venir les auteurs. Finalement j'ai été très surprise par la fin, agréablement surprise je précise, je ne m'y attendais pas du tout. Mais en attendant ce final, je ne dirais pas que je me suis ennuyée, ce serait trop mais je n'ai pas réussi à rentrer réellement dans ma lecture, j'avais plutôt l'impression d'assister aux évènements vus du dessus. Au final c'est une lecture agréable sans plus, un conte sombre dont j'ai aimé le final. Mais il manque ce petit quelque chose qui en ferait une très bonne lecture.

05 septembre 2017

Vertige

Un homme se réveille au fond d'un gouffre, au cœur d'un environnement hostile, deux inconnus et son fidèle chien comme seuls compagnons d'infortune. Il est enchaîné au poignet, l'un des deux hommes à la cheville et le troisième est libre, mais sa tête est recouverte d'un masque effroyable, qui explosera s'il s'éloigne des deux autres. Qui les a emmenés là ? Pourquoi ? Bientôt, une autre question s'imposera, impérieuse : jusqu'ou faut-il aller pour survivre ?



Vertige de Franck Thilliez, 365 pages, France Loisirs, 2012

Mon avis : Vertige de Franck Thilliez est un huis clos dans lequel Jonathan Touvier, un ancien alpiniste, se réveille un jour dans une grotte glaciale, enchaîné, avec son chien. Il découvre rapidement qu'il n'est pas seul dans cette grotte. Ses compagnons d'infortune sont Farid, lui aussi enchaîné et Michel. Ce dernier n'est pas enchaîné mais porte un masque qu'il ne peut pas retirer et qui contient une charge explosive qui se déclenchera s'il s'éloigne trop de Jonathan et Farid. Ils disposent de peu de choses, notamment un réchaud, quelques bouteilles de gaz, et de quelques oranges pour seule nourriture. Leur ravisseur leur a laissé des énigmes à résoudre qui devront les aider à savoir qui les séquestre et surtout à s'échapper de cet enfer.

Je le dis d'emblée, la lecture de ce livre a été très difficile, au point que j'ai cru à un moment que je n'arriverai pas à le terminer. Il s'agit d'un thriller psychologique extrêmement oppressant, écrit de la plume parfaite de Franck Thilliez. Il y a longtemps que je ne m'étais pas sentie aussi mal en lisant un livre, je crois même que c'est la première fois. À chaque nouvelle page j'avais vraiment la crainte de découvrir ce que Franck Thilliez nous avait concocté. C'est clairement un livre à ne pas mettre entre toutes les mains.

Du point de vue des personnages, ce qui est vraiment intéressant c'est d'assister aux différentes réactions possibles de personnes qui ne se connaissent pas et qui se retrouvent séquestrées dans un endroit confiné, avec des conditions climatiques déplorables, sans nourriture et avec une quatrième personne qui cherche à leur embrouiller les idées. On va avoir un meneur, celui qui veut motiver les troupes ; à l'inverse quelqu'un de totalement passéiste ; et enfin celui qui veut se rebeller et monter ses "compagnons" l'un contre l'autre. On a donc une bonne galerie de personnalités qui rend ce livre encore plus oppressant.

L'énigme est superbement menée. À un moment j'ai eu une théorie qui s'approchait de la réalité sans pour autant être exactement ça mais je l'avais rapidement rejetée. Et la théorie qui semblait ressortir assez rapidement, et qui semblait se confirmer au fil des pages, ne me semblait absolument pas crédible et tirée par les cheveux. Finalement ce livre se termine sur un énorme retournement total de situation qui montre que l'auteur sait toujours autant nous surprendre !

Je vais passer à une partie spoilers pour être plus précise sur certains points, mais avant, rapide conclusion pour ceux qui n'ont pas lu le livre. Je conseille vivement la lecture de ce livre, mais âmes sensibles s'abstenir !




ATTENTION SPOILERS :

Je suis quelque peu dépitée par le final offert par France Loisirs, et j'avoue avoir même été franchement énervée sur le coup. Je m'explique : le final me laissait penser que Jonathan avait effectivement été victime d'un épisode psychotique. Mais étant ultra pointilleuse, mon interprétation était franchement sujette à discussion. J'ai donc regardé sur le net pour voir les différents avis... et je ne comprenais rien : les avis que je trouvais parlais d'une inversion entre le personnage de Farid et celui de Jonathan au niveau de la photo que Jonathan retrouve à la fin du livre. J'ai eu beau relire encore et encore le passage où la photo est prise et celui où il retrouve la photo, pour moi il n'y avait aucune inversion... Et en fouinant bien, il s'avère que le final chez France Loisirs n'est effectivement pas le même que chez Fleuve noir. Les prénoms de Farid et Jonathan ont été inversés dans la phrase clé du final. Si bien que l'interprétation est totalement différente. Pour ma part j'ai malgré tout conclu à un épisode psychotique pour deux raisons : d'une part l'histoire qui veut que Michel a retiré l'alliance du cadavre retrouvé dans la grotte pour la mettre à sa main... je n'avais aucun souvenir de ce passage et j'ai eu beau chercher je ne l'ai pas trouvé... d'autre part dans la fameuse photo, dans l'édition France Loisirs bien évidemment, au moment où elle est prise on nous dit que Farid porte un quartier d'orange à sa bouche, alors que dans celle qui est retrouvée il déguste un quartier d'orange... donc à mon sens, sur une photo le quartier d'orange est dans sa main, et dans l'autre dans sa bouche... Mais comme je le disais plus haut, je suis ultra pointilleuse et je suis donc bien consciente que cette interprétation est  très discutable. D'ailleurs dans les forum que j'ai pu trouver, pour toutes les personnes qui ont lu l'édition France Loisirs, Jonathan n'est pas fou...

J'ai envoyé un mail à France Loisirs pour avoir des infos et comprendre cette modification. J'ai eu une réponse pour me dire que ma question avait été prise en compte et remontée au service concerné mais rien de plus depuis... Je pense qu'il s'agit d'une erreur, mais j'ai beau être la première à dire que l'erreur est humaine, là c'était celle à ne pas faire. Ça change tout à l'interprétation du livre. Chez Fleuve noir on est clairement sur du délire psychotique alors que chez France Loisirs tout dépend de l'interprétation qu'on va faire de ce fameux quartier d'orange... (bien évidemment je précise que ma note pour le livre ne tient pas compte de ce problème)

03 septembre 2017

Book Jar and others #14


Bonjour à tous, j'espère que vous allez bien en ce bon mois de septembre qui commence ! Pour ma part c'est la forme : l'automne arrive ! Les températures diminuent ! Le chocolat chaud est de retour dans mon mug ! D'ailleurs là j'en déguste un que j'ai acheté chez Alinéa hier, saveur noix de coco... il se laisse boire ! Je suis aux anges (bon par contre le gros orage sur l'autoroute hier qui m'a fait bien peur, là j'avoue je m'en serai passée...).

Comme en chaque début de mois, je vous retrouve aujourd'hui pour établir la PàLM de septembre. On commence avec le livre tout droit sorti de la book jar :

Ce mois-ci je vais donc lire Traque mortelle de Sandra Alves, un thriller que j'ai déjà commencé depuis vendredi soir. Le tueur de ce livre s'inspire de films américains pour ces meurtres. Le principe en soi est sympa, reste à voir ce que ça va donner.

J'ai axé le reste de la PàLM plutôt en mode Halliennales :

Je me fais une joie de découvrir Journal d'un marchand de rêves d'Anthelme Hauchecorne dont la couverture est superbe et donne très envie. Je vais également lire L'héritier du roi Arthur, tome 1 de Bertrand Crapez. J'aime beaucoup tout ce qui tourne autour des légendes arthuriennes, donc j'ai plutôt hâte. Et toujours dans mon objectif de me mettre à jour sur les livres de Franck Thilliez, ce mois-ci je vais me lancer dans la lecture de Atom[ka] en espérant qu'il me donne moins de sueurs froides que Vertige qui a été une excellente lecture mais très angoissante !

La PàLM n'est pas énorme ce mois-ci mais je me mets enfin à travailler de façon sérieuse à ma thèse, donc inutile de me mettre un objectif trop gros. Je me rattraperai plus tard !

Je vous souhaite à tous un très bon mois de septembre et une très bonne reprise pour ceux qui reprennent le travail / les études. Je vous dis à bientôt les dévoreurs !

01 septembre 2017

Les Prélats de Faneas, tome 1 : Les terres d'exil

Astéria est une jeune femme énergique au caractère bien trempé qui vient d'emménager à Maleross avec sa cousine Cléora.
Les deux jeunes femmes arrivent tout droit du mystérieux royaume de Faneas où la magie et les dieux n'ont rien d'imaginaire et où chaque jour recèle son lot de surprises. Elles ont fui leurs terres natales envahies par le royaume limitrophe d'Endor et sont venues se réfugier dans notre monde.
Elles cherchent à présent les prélats de Faneas afin de regagner leur monde et de restaurer la paix, mais la tâche s’avère bien plus ardue qu’il n’y paraît et les mystérieux prélats demeurent introuvables.
Leurs actions finissent par attirer l'attention d’un jeune homme observateur portant le nom de Noctis. Avec l’aide de son ami Klay, il compte bien découvrir ce qu’elles cachent.



Les Prélats de Faneas, tome 1 : Les terres d'exil de Charlotte Abécassis Weigel, 422 pages, Feryl Éditions, 2017

Mon avis : Dans ce premier tome des Prélats de Faneas, Les terres d'exil de Charlotte Abécassis Weigel (dont vous trouverez le site ici), nous découvrons le personnage d'Astéria qui se retrouve catapultée sur Terre avec sa cousine, Cléora, après l'attaque de leur Royaume, Faneas. La raison pour laquelle leur roi les a envoyées sur Terre est de trouver deux prélats, celui de la terre et celui du feu. Au total, autour de chaque roi amené à gouverner le royaume de Faneas, il existe quatre prélats respectivement pour la terre, le feu, l'air et l'eau, qui sont pourvus de pouvoirs et qui ont pour mission de protéger le royaume. La quête des deux jeunes femmes est donc primordiale compte-tenu de l'attaque dont est victime Faneas. Alors qu'elles sont installées et ont ouvert un café, elles vont faire la connaissance de Noctis et Klay qui vont tomber par hasard sur elles mais qui vont rapidement être très intrigués par les deux femmes.

Concernant le style en tant que tel, sur de rares passages, j'ai trouvé quelques redondances sur 2 à 3 phrases successives par rapport à des idées sur lesquelles, j'imagine, l'auteure a voulu insister. Mais malgré cela, la plume de l'auteure est très appréciable, particulièrement riche tout en étant fluide. Les descriptions sont suffisantes pour nous permettre de bien visualiser certaines scènes, sans être trop envahissantes pour autant.

Dans l'ensemble, on s'attache rapidement aux personnages. Astéria est un personnage qui peut être très attentionné, mais il vaut mieux éviter de l'énerver. Elle se laisse rapidement emporter sans prendre le temps de se poser pour réfléchir à une situation donnée, au risque de mal interpréter une situation. Elle aime en découdre avec les démons en tout genre, et on sent qu'elle en a même besoin.
À l'inverse, Cléora est beaucoup plus réfléchie et sait peser le pour et le contre. À plusieurs reprises elle va éviter à Astéria de faire des erreurs en la calmant du mieux possible.
Le jeune Sora qui est arrivé avec Astéria et Cléora, est un enfant rapidement attachant, dont l'innocence permet souvent de détendre une atmosphère parfois assez tendue.
N'oublions pas Kellas le gros tigrounet. Mon regret par rapport à ce "personnage" est qu'il intervient finalement peu dans le livre, en particulier au niveau des dialogues. Je m'attendais à ce qu'il soit plus présent.
Quant à Noctis et Klay, il n'est pas toujours facile de les cerner, en particulier Klay qui n'est pas toujours des plus tendre avec Astéria. Mais il faut dire qu'elle le lui rend bien...

J'avoue être sortie de cette lecture très mitigée. On va commencer par le négatif, histoire de finir sur du positif ! Pour commencer (mais c'est un détail et pas vraiment du négatif en soi), j'ai été assez déstabilisée par l'arrivée d'Astéria et Cléora dans notre monde. J'ai trouvé ça peu classique pour un roman de fantasy. Mais une fois passées la surprise et quelques pages, ça ne m'a plus posé problème. Par contre, il est dommage de finalement avoir très très peu d'images de Faneas. Ce qui m'a vraiment posé soucis, c'est la romance. On comprend rapidement qu'il va y en avoir dans ce livre. En soit ce n'est pas un problème, mais là, en l'occurence, ça prend beaucoup trop de place par rapport au reste de l'histoire, à tel point que la mission d'Astéria et Cléora est reléguée au second plan. Du coup, pour ma part, j'ai trouvé que ça piétinait beaucoup. J'avais l'impression d'assister aux aléas de la vie quotidienne et sentimentale de deux jeunes femmes qui viennent d'ouvrir tranquillement un bar plutôt qu'à la quête de deux sorcières dotées de pouvoir, supposées sauver leur monde...
Après lecture du livre dans sa globalité, et une nuit pour y réfléchir, je pense que ce tome a clairement pour but de planter le décor et surtout les relations entre les différents personnages. Je n'ai rien contre les auteurs qui aiment prendre leur temps pour présenter leur univers, bien au contraire. Ici, au fur et à mesure, on comprend que les relations entre les personnages sont très importantes... mais pas de là à étouffer le reste. Qu'on s'entende bien, je ne dis pas qu'il ne se passe rien. Des évènements vont être disséminés par-ci par-là qui ont clairement leur importance. À la moitié du livre, j'étais plutôt contente de voir qu'on commençait à avoir de l'action. Mais finalement ça ne dure pas longtemps et il faudra attendre presque la fin pour retourner à ce qui nous intéresse vraiment.

Par ailleurs, je n'ai eu aucune surprise dans ce livre. L'auteure nous donne beaucoup trop de pistes. Aussi ce qui se veut être des révélations au fil des pages et particulièrement à la fin, n'en ont pas du tout été pour ma part. À la rigueur j'ai peut-être eu une surprise sur un gros retournement de situation mais qui, je pense, n'en ai pas un. J'aurai confirmation, ou pas, dans le deuxième tome, mais je ne pense pas me tromper, l'auteure donnant, à nouveau, une piste assez évidente sur ce point.

Mais passons au positif ! Je compte bien, malgré ce qui précède, acheter le deuxième tome. En effet, l'univers de l'auteure est vraiment très riche, très développé, très fouillé avec des personnages qui ont de la profondeur, aussi bien au niveau de leur personnalité que de leur histoire. Et je pense qu'on a encore beaucoup à apprendre d'eux, de l'histoire de Faneas, les paysages, la magie et les mystères de ce royaume.
Par ailleurs, les descriptions des scènes de combat, notamment, sont un vrai régal et envoient du lourd. Comme je le disais plus haut les descriptions sont parfaitement dosées.
Enfin, je pense vraiment (et j'espère) que maintenant que l'auteure a bien planté le décor, compte-tenu du final, on va vraiment entrer dans le vif du sujet et au cœur de l'intrigue et de l'action dans le deuxième tome.

26 août 2017

Elfes, tome 1 : Le Crystal des Elfes bleus

Les Elfes bleus d'Ennlya, une petite ville portuaire du Nordrënn, ont tous été massacrés ! L'Elfe bleue Lanawyn et Turin enquêtent : toutes les pistes mènent vers un clan d'Yrlanais.

Dans la cité-île d'Elsémur, Vaalann, une jeune Elfe bleue, passe l'épreuve de l'eau des sens. La mère-prophétesse voit son avenir proche, un avenir lié au crystal sacré. "Celui qui contrôle le crystal, contrôle l'océan." Vaalann est-elle l'Élue que les Elfes attendent ?


Entre enquête et initiation, ce récit nous mène dans un monde de faux-semblants, de rêves et de désillusions !




Elfes, tome 1 : Le Crystal des Elfes bleus de Jean-Luc Istin et Kyko Duarte, 54 pages, France Loisirs, 2017

Mon avis : Je ne vais pas trop rentrer dans les détails pour ne pas spoiler vu qu'on est sur une bande-dessinée et donc c'est assez court. Lanawyn, une Elfe bleue, accompagnée de Turin, un homme, vont découvrir que les Elfes de la cité d'Ennlya ont été décimés. Les coupables semblent tout trouvés. Mais le peuple de Lanawyn va tenter de faire preuve de diplomatie dans les échanges avec ceux qu'ils suspectent. Pendant ce temps, Vaalann, également une Elfe bleue, va découvrir que son destin est lié à un crystal renfermant un pouvoir immense.

La saga de bande-dessinée Elfes me fait envie depuis pas mal de temps maintenant, mais il y a tellement de tomes que j'avais un peu peur de me lancer dedans. Et quand j'ai découvert que France Loisirs commençait à les sortir, je me suis dit que c'était l'occasion de tester. Je n'ai pas été déçue du voyage. Les dessins comme les couleurs sont magnifiques, et l'histoire envoutante.

Cette double intrigue est très bien menée, jusqu'à la toute fin, et nous prouve que l'habit ne fait pas le moins. Dans les dernières planches, on assiste à de très belles scènes liées au crystal. Les dessins sont vraiment très réussis et transmettent parfaitement les sentiments des personnages.

Du reste les personnages sont assez variés et tout aussi intéressants les uns que les autres.

Le seul petit regret que j'aurais : c'est trop court. J'aurais aimé que certains passages soient un peu plus approfondis. Malheureusement le format ne le permet pas. Mais quoiqu'il en soit, j'ai hâte de découvrir les tomes suivants et les autres peuples qu'ils ont à nous présenter.

25 août 2017

La Guerre des Mondes

Terreur sur la Terre : des météores venus de Mars se rapprochent dangereusement. Le comté de Surrey, en Angleterre, est le premier touché. Les badauds s’attroupent autour d’un énorme objet cylindrique de près de 30 mètres émergeant d’un cratère... lorsqu’un puissant "rayon ardent" projeté par l’engin pulvérise les humains alentour !
D’autres "ovnis" s’écrasent sur le reste du pays. À l’intérieur, des machines contrôlées par d’étranges créatures tentaculaires et pourtant très évoluées. Ces tripodes sèment la panique et la désolation sur leur passage, désintégrant tout ce qui pourrait entraver leur désir de conquête.
Prêtes à lutter, les populations sont incapables de rivaliser avec ces envahisseurs qui aspirent le sang humain et laissent dans leur sillage un monde ravagé, où nulle vie n’est plus possible. Les dernières heures des Terriens sont-elles comptées ?




La Guerre des Mondes de H. G. Wells, 302 pages, Archipoche, 2017

Mon avis : Je vais passer rapidement sur le résumé de ce livre qu'on ne présente plus. Nous sommes à la fin du 19ème siècle en Angleterre quand ce qui ressemble à des météores tombent du ciel. Mais en s'approchant un peu les habitants vont découvrir qu'il s'agit en réalité d'engins renfermant des extra-terrestres. Bien évidemment ils ne sont pas animés des meilleurs intentions.

J'ai beaucoup apprécié la plume de l'auteur très riche mais que, pour ma part, je n'ai pas trouvée trop lourde. Les descriptions des martiens (leur morphologie comme leur technologie) sont vraiment très détaillées et recherchées. On visualise très bien les différentes scènes. Le roman est assez court et se lit facilement. Pour ma part j'ai eu beaucoup de mal à le lâcher. Il ne faut pas s'attendre à beaucoup d'action dans ce livre. J'ai vu beaucoup d'avis négatifs liés au fait que le film renferme beaucoup plus d'action... Rappelons que le livre d'H. G. Wells a été écrit en 1898 avec une adaptation cinématographique datant quant à elle de 2005... Forcément au grand écran ça a été revu et corrigé avec les moyens de notre époque qui permettent forcément beaucoup plus de scènes d'action. Parce que fin 19ème entre les canons au sol, les chevaux et les carrioles... c'était pas la panacée mais on faisait avec les moyens du bord... En tout cas pour ma part ce n'est pas du tout quelque chose qui m'a dérangée.

Les personnages ne sont pas ultra fouillés au niveau de leur histoire, de leur passif. Et en même temps ce n'est pas vraiment ce qui compte. Ce qui est intéressant et ce que j'ai vraiment aimé dans ce livre, c'est la façon dont chacun va réagir face à cette invasion. Vont-ils s'entre-aider, ou au contraire s'entre-tuer ? L'auteur nous offre un panel des réactions possibles de l'Homme face à l'inconnu et face au danger.

J'aurais peut-être déploré une fin un peu trop facile mais qui pour autant, d'un point de vue scientifique, est tout à fait crédible et on sent que ce n'est pas lancé comme ça au hasard.
Certains diraient sans doute que le livre a mal vieilli mais pour ma part je ne le vois pas comme ça. Quand j'ouvre un livre, j'aime me plonger dans l'état d'esprit de l'époque à laquelle il a été écrit. Et comme je l'ai dit plus haut les moyens et connaissances en 1898 n'étaient clairement pas ceux d'aujourd'hui. Aussi j'ai été complètement happée par le récit et l'imagination d'H. G. Wells.

Territoires

Depuis la dernière enquête du Capitaine Coste et de son équipe, le calme semble être revenu au SDPJ 93. Pas pour longtemps, hélas ! L'exécution sommaire de trois jeunes caïds de la drogue va les entraîner sur des pistes inimaginables.
Des pains de cocaïne planqués chez des retraités, un chef de bande psychopathe d'à peine 13 ans, des milices occultes, un adjoint au maire découvert mort chez lui, torturé... Coste se retrouve face à une armée de voyous impitoyables, capables de provoquer une véritable révolution.
Mais qui sont les responsables de ce carnage qui, bientôt, mettra la ville à feu et à sang ?




Territoires d'Olivier Norek, 389 pages, France Loisirs, 2015

Mon avis : Dans Territoires, Olivier Norek nous emmène tout droit dans les cités du 93, alors que les chefs des trois plus grosses bandes de deal de drogue ont été éliminés. Toute la question va alors être de savoir qui les a fait éliminer et qui veut prendre leur place.
Compte-tenu de la violence dont est capable de faire preuve son très jeune exécuteur d'ordres, tout laisse penser que celui qui se cache dans l'ombre est prêt à absolument tout pour parvenir à ses fins.

Je suis passée par pas mal d'états d'esprit différents à la lecture de ce livre. La plume d'Olivier Norek est toujours aussi directe. Ici pas de phrases à rallonge, on va à l'essentiel. Il a un style très incisif qui vise juste à tous les coups et qui donne un excellent rythme au livre. Un style qui sert d'ailleurs très bien, voire trop bien, certaines scènes, dont une en particulier que j'ai lue très très rapidement en essayant au maximum de ne pas visualiser sous peine d'être traumatisée... Ceux qui ont lu le livre se douteront sûrement de quelle scène je parle.

J'ai pris beaucoup de plaisir à retrouver les personnages que nous avions découverts dans Code 93. L'équipe de Victor Coste est particulièrement soudée. On commence doucement à découvrir le quotidien des personnages et s'attacher un peu plus à eux malgré (ou pour ?) leurs failles pour certains.
Mais, en dehors de l'équipe de Coste, on découvre aussi des personnages retors, manipulateurs, maniant avec perversité les ficelles de la politique.

Car au fond ce roman est surtout politique. Je n'aime pas tout ce qui a un rapport avec la politique dans les livres et pourtant j'ai adoré celui-ci. Si l'auteur nous révèle rapidement les petits secrets inavouables de chacun, le tout est de savoir jusqu'où ils seront prêts à s'enfoncer dans leurs manigances. Territoires est un roman au rythme haletant, nous servant des scènes réalistes comme celles des émeutes par exemple. Un livre qu'on ne sait pas fermer tant qu'on n'est pas arrivés à la dernière page !

14 août 2017

Elantris, tome 1 : Chute

Jadis, Elantris était splendide. On l'appelait la cité des dieux, elle rayonnait de pouvoir. La légende dit que ses habitants étaient immortels. Force, vitesse. perspicacité : ils pratiquaient la magie d'un simple mouvement de la main. On venait de très loin pour admirer Elantris et profiter de ses richesses.

Jadis, le Shaod était une bénédiction. Magie bienveillante, elle frappait au hasard, souvent la nuit, aussi bien le voleur que le marchand, le noble que le guerrier, hommes, femmes et enfants. Ceux qui étaient choisis ne vieillissaient plus et pouvaient vivre dans les murs d'Elantris, une vie libre et éternelle.

Cette éternité a pris fin il y a dix ans.

Elantris, tome 1 : Chute de Brandon Sanderson

Elantris, tome 1 : Chute de Brandon Sanderson, 281 pages, Orbit, 2009

Mon avis : Dans le premier tome d'Elantris de Brandon Sanderson, nous faisons la connaissance de Raoden, le prince d'Arélon, qui découvre à son réveil qu'il a été victime du Shaod, l'obligeant à s'exiler dans la cité d'Elantris. Dix ans auparavant le Shaod était une bénédiction, conférant à ceux qui étaient touchés par celui-ci, les pouvoirs d'un Dieu et la vie éternelle. Mais depuis dix ans, le Réod a inversé cette bénédiction. Désormais les victimes du Shaod sont comparables à des morts-vivants. Leurs cheveux deviennent blancs, leur peau devient pâle et couverte de tâches noires, et la moindre blessure, si minime soit-elle, les fait souffrir indéfiniment. Raoden est donc contraint de partir pour Elantris, le jour même où sa fiancée, Sarène, doit arriver pour leur mariage. Mais plutôt que d'avouer la vérité à Sarène, on lui fait croire que Raoden est mort. Pendant que Raoden tente de se faire sa place à Elantris, Sarène découvre rapidement que de nombreux secrets se cachent en Arélon et elle va tenter de les mettre à jour.

J'ai beaucoup apprécié la plume de l'auteur toutefois j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire. Commencer cette saga en sortant d'une grosse panne de lecture n'est pas l'idéal, mais c'est aussi ce livre qui m'aura permis d'en sortir ! J'ai donc du m'accrocher sur les premiers chapitres le temps de sortir de cette panne, avec quelques retours en arrière pour cause d'inattention. Mais une fois que j'étais dedans je n'ai plus su le fermer ! On est très rapidement immergé dans l'histoire puisque le livre commence directement avec l'exil de Raoden.

Les personnages sont attachants, en particulier Sarène qui tente de s'élever et se démarquer dans cette cité qu'elle ne connait pas et où la femme n'a que peu de place.
Raoden m'a semblé calculateur dans un premier temps et je n'appréciais pas forcément son personnage. J'avais l'impression de quelqu'un qui voulait s'attirer la gloire et avoir son propre clan à côté des autres clans qui se sont formés à Elantris. Mais quand on finit par comprendre son objectif, on le voit sous un tout autre jour et il devient vraiment attachant.
Un personnage en particulier m'intrigue beaucoup, même s'il semble très gentil, j'ai comme l'impression qu'on est loin de tout savoir à son sujet et que l'on risque d'avoir de mauvaises surprises. Je ne dis pas de qui il s'agit pour ne pas trop en dire.
Et n'oublions pas Hrathen qui est bien décidé à imposer sa religion en Arélon, quelqu'en soit le prix.

L'univers de l'auteur est riche et surtout mystérieux. Mais je n'ai aucun doute que cet univers est loin d'être exploité à son maximum dans ce premier tome. Le deuxième tome nous réserve sûrement beaucoup d'autres découvertes et de surprises. Qu'est-ce qui a provoqué le Réod ? Est-il réversible ? Mais aussi, Sarène et Raoden vont-ils être réunis d'une façon ou d'une autre ? Jusqu'où va aller Hrathen pour parvenir à ses fins ?
J'ai hâte de découvrir le deuxième tome.


13 août 2017

In My Mailbox #13

In My Mailbox
Mis en place par Kristi du blog The Story Siren, In My Mailbox est le moyen de partager les livres reçus/achetés sur la semaine (sauf qu'ici je le fais sur le mois). En France, le rendez-vous a lieu sur le site de Lire ou Mourir.

Bonjour à tous, on se retrouve pour faire le point sur mes achats des .... 4 derniers mois... oui rien que ça. J'avoue, j'ai pas du tout eu le courage de le faire avant. Du coup forcément ça va être très conséquent. Je vous épargne ceux dont j'ai déjà parlé dans d'autres articles style Book Jar and others qui seront chroniqués sous peu, ou chronique pour ceux que j'ai déjà lus.


Le plus ancien achat, il s'agissait donc de L'Empire Électrique de Victor Fleury, un roman steampunk publié chez Bragelonne dans une édition toujours aussi magnifique. J'ai décidé d'acquérir les tomes 4 et 5 de la saga Oscar Pill d'Eli Anderson, que j'ai délaissée il y a très très très longtemps, alors qu'elle était plutôt pas mal, mais la couverture du tome 3 m'avait juste refroidie. Mais j'ai décidé de la reprendre et de la terminer !


Par la suite, y a eu comme un énooooorrrrme craquage chez France Loisirs. Pour ma défense j'ai du enchaîner 2 ou 3 bons pour un livre gratuit en échange de 100 points... ceci explique cela... Côté policiers / thrillers, j'ai choisi Omnia Vanitas d'Emmanuel Valnet dont la couverture m'intrigue énormément (oui il ne me faut pas grand chose), Surtensions, le dernier livre en date d'Olivier Norek, et Le coma des mortels de Maxime Chattam (à savoir que j'ai plein de livres de cet auteur, mais que je n'en ai encore jamais lu un seul, va falloir remédier à ça). Sinon côté fantastique, j'ai acheté le premier tome de la saga Rebecca Kean de Cassandra O'Donnell, Traquée. Et enfin, j'ai tellement entendu Pauline de la chaîne Patatras parler de la saga de science-fiction Red Rising de Pierce Brown que j'ai craqué d'un coup d'un seul pour les trois tomes. On est acheteuse compulsive ou on ne l'est pas.


Ensuite, au mois de juin, si vous me suivez via podcasts sur Youtube, vous savez déjà que j'ai assisté au salon Saint-Maur en Poche au cours duquel je n'ai pas été très sage non plus, encore que j'étais limitée puisque j'étais en train et que les livres c'est lourd... J'ai acheté Dompteur d'anges de Claire Favan, que j'ai fait dédicacer. L'auteure est vraiment très gentille, très naturelle, sans prise de tête. C'est un vrai plaisir de parler avec elle. Pour le reste j'étais plutôt en mode "achète des poches dont tu ne connais pas les auteurs histoire de les découvrir". Du coup j'ai pris Am Stram Gram de M. J. Arlidge. Ses livres me font de l'œil depuis pas mal de temps maintenant, j'ai donc sauté sur l'occasion. Des amies m'ont pas mal parlé récemment de La fille du train de Paula Hawkins. J'avais fait un blocage au moment de sa sortie avec tout le foin qu'il y a eu autour, mais là il me tentait bien. Criminal Loft d'Armelle Carbonel, que je ne connaissais pas du tout, a attiré ma rétine en moins de deux. Le dernier livre de Jacques Saussey me fait très envie, mais j'aimerais bien découvrir ses premiers livres avant. De sinistre mémoire a donc tout naturellement sauté dans mon sac sans me demander mon avis... fichtre... Et pour le coup, j'ai déjà lu Nymphéas noirs de Michel Bussi mais comme je l'ai chez Pocket, ben je continue sur la même édition avec Gravé dans le sable.


L'achat suivant en librairie s'est fait un mois plus tard, le soir même de mon dernier jour de boulot. Je me devais de fêter dignement les congés. Mais grosse, énorme déception puisqu'un livre est totalement abîmé et je ne l'avais pas vu sur place. Certains endroits sont plutôt sombres dans la librairie du coup là où j'ai cru que la couverture de L'île aux mensonges de Frances Hardinge se relevait juste un peu, en fait elle était pliée... je l'ai découvert en arrivant chez moi... fail !  Il est catégorisé dans les thrillers, mais jeunesse, et je trouve la couverture très jolie et très mystérieuse (quand elle n'est pas pliée...)! Ce jour-là j'ai également acheté trois livres qui me faisaient envie depuis un bon bout de temps : du fantastique avec The Effigies de Sarah Raughley et Shades of Magic, tome 1 de V. E. Schwab, et de la fantasy avec L'Empire des tempêtes, tome 1 : Hope & Red de Jon Skovron.


Et enfin, tout dernier achat en date, j'ai craqué pour deux thrillers : La veuve de Fiona Barton et Underground de S. L. Grey. Je ne sais pas du tout de quoi il est question dans ces livres mais les couvertures me faisaient trop envie ! J'ai également acheté La Tour Sombre, tome 1 : Le Pistolero de Stephen King... comment ça ? je suis un mouton qui se laisse influencer par les adaptations ciné ? non... *elle sifflote l'air de rien*. Le pire est que finalement, je n'irai probablement pas voir ce film au cinéma parce que 1 : c'est l'adaptation des trois premiers tomes et vu la police d'écriture minuscule, je vais être incapable d'enchaîner les trois même si ils sont tout courts (problème côté ophtalmo), et 2 : il est pas bien long le film en fait... c'est douteux... pourtant j'adore les films avec Matthew McConaughey mais là j'ai un mauvais pressentiment... Et enfin j'ai craqué pour Quelques pas de plus d'Agnès Marot histoire de le lire avant les Halliennales en octobre. Les couleurs sont trop belles, les dessins sur la couverture sont extras, bref ce livre me fait super envie !

Et voilà, on a fait le grand tour des derniers achats. J'ai quand même une réflexion à partager avec vous. Ça me désole un peu de constater que de plus en plus de titres de livres étrangers ne sont pas traduits. Il est dommage, qu'en France, alors qu'on a quand même une belle langue, on se retrouve avec des livres dont le titre n'est pas en français. Je suis la première à reconnaître que parfois voire souvent les traductions de titre laissent à désirer mais quand même... je préfère une traduction moyenne à un titre que je suis incapable de prononcer parce que je suis une quiche en anglais...

Voilà voilà, sur ce je vous laisse, je vous souhaite une bonne soirée et plein de bonnes découvertes livresques !

06 août 2017

[gataca]

L'Évolution est une exception.
La règle, c'est l'Extinction.

Une jeune scientifique spécialiste de l'évolution des espèces, retrouvée morte, attaquée par un primate.
Onze hommes derrière les barreaux. Leurs points communs : tous ont commis des crimes barbares et tous sont... gauchers.
Enfin, la découverte d'une famille de Néandertaliens assassinée par un Cro-Magnon.
Quel est le rapport entre ces affaires et des crimes éloignés de 30 000 ans ?
La clé est dans ces quelques lettres : GATACA...




[GATACA] de Franck Thilliez, 606 pages, France Loisirs, 2012

Mon avis : Dans [GATACA] de Franck Thilliez, nous retrouvons Lucie Henebelle et Franck Sharko un an après les évènements qui avaient clôturé l'opus précédent, Syndrome [E]. Je n'en dirai pas plus histoire de ne rien spoiler sur ces évènements. Toujours est-il que dans ce nouveau livre, Sharko va être amené à se rendre sur les lieux d'un crime. A priori l'affaire semble simple : une jeune étudiante, Éva Louts, aurait été attaquée par une guenon dans un laboratoire. Et pourtant plusieurs détails vont faire penser à Sharko que les choses ne sont pas si évidentes. La guenon, qui utilise le langage des signes, va transmettre un message pour le moins suspect aux enquêteurs. Par ailleurs, il semblerait que la victime avait ses petits secrets et s'intéressait de très près à la violence chez les gauchers, n'hésitant pas pour se faire à remonter jusqu'à la pré-histoire. Lucie Henebelle va alors épauler Sharko dans cette enquête aux multiples ramifications.

Il va être difficile de m'attarder sur la chronique de ce livre, sous peine de dévoiler des éléments importants. Je vais donc être assez brève. J'ai retrouvé avec beaucoup d'angoisse les personnages de Franck et avant tout Lucie que l'auteur avait particulièrement maltraitée à la fin du livre Syndrome [E]. Les premières pages de ce livre sont une torture. L'auteur prend un malin plaisir à nous faire attendre la réponse à la grande question qui se posait avant même d'ouvrir le livre. Je ne cacherai pas que, côté personnages, un petit aspect redondant d'un certain schéma m'a un peu agacée même si l'auteur m'a totalement surprise sur le final.

Une fois de plus, la plume de Franck Thilliez fait mouche. Il nous embarque complètement dans une intrigue scientifique complexe dépassant une fois de plus les frontières de la France. J'admets qu'à un moment je me demandais où on allait et je trouvais tout ça un peu gros voire abusé, mais finalement pas tant que ça. Il a une façon d'amener les choses et surtout d'imbriquer les éléments les uns aux autres, qui fait que finalement tout prend son sens et qu'après tout... pourquoi pas... Encore une fois, nos deux héros vont faire face à des personnalités froides, manipulatrices, et sans le moindre scrupule. L'auteur nous mène en bateau d'un bout à l'autre du livre et sur tous les plans.

05 août 2017

Book Jar and others #13


Bonjour à tous ! J'espère que vous allez bien. Après une bonne grosse panne de lecture qui explique mon absence, me revoilà pour la PàLM d'août (que j'ai déjà entamée !). J'avoue que le début des congés m'a reboostée pour lire. Je pense que la fatigue accumulée était loin d'être étrangère à cette panne de lecture. Ce qui explique aussi que je n'avais même plus le courage de poster quoi que ce soit sur le blog.

J'ai déjà lu le livre qui est sorti de la Book Jar.

Il s'agissait d'un livre d'Olivier Norek. J'étais très contente de tomber sur cet auteur, d'autant que j'ai appris un peu avant qu'il allait sortir un quatrième livre. Dans l'ordre j'ai donc choisi de lire Territoires. Je vous en parle bientôt !


Le reste de la PàLM montre que je commence tout doucement à me préparer pour les Halliénnales au mois d'octobre puisque je prévois de lire Tragic Circus de Cécile Guillot et Mathieu Guibé et le premier tome de Chaos, Ceux qui n'oublient pas de Clément Bouhélier. Avant de me rendre à ce festival, je souhaiterais lire les livres qui ont été sélectionnés pour le prix des Halliénnales (et j'aimerais aussi découvrir la plume de Sire Cédric, parrain du festival cette année, avec le livre Avec tes yeux qui m'attend dans ma PàL depuis un petit moment déjà). En dehors de ce contexte j'ai également choisi de lire La guerre des mondes d'H. G. Wells : je me souviens avoir vu le film il y a bien longtemps, j'avais adoré... du coup j'ai acheté le Blu-ray. Et je me suis rendue compte que, puisque je ne me souviens plus trop des détails, j'aimerais bien lire le livre avant de revoir le film. Et enfin je continue sur ma lancée pour récupérer mon retard dans les livres de Franck Thilliez avec Vertige.

Comme d'habitude, n'hésitez pas à me dire si vous avez lu un de ces livres ou si l'un d'eux vous intéresse. Dites moi également si vous prévoyez aussi d'aller au Halliénnales. Je vous souhaite à tous un excellent mois d'août et de très bonnes lectures !

17 juillet 2017

Robe de marié

Article écrit le 17/08/2010

Robe de marié de Pierre Lemaitre
Nul n'est à l'abri de la folie. Sophie, une jeune femme qui mène une existence paisible, commence à sombrer rapidement dans la démence : mille petits signes inquiétants s'accumulent puis tout s'accélère. Est-elle responsable de la mort de sa belle-mère, de celle de son mari infirme ? Peu à peu, elle se retrouve impliquée dans plusieurs meurtres dont, curieusement, elle n'a aucun souvenir. Alors désespérée mais lucide, elle organise sa fuite; elle va changer de nom, de vie, se marier, mais son douloureux passé la rattrape...
Les ombres de Hitchcock et de Brian de Palma planent sur ce thriller diabolique.


Robe de marié de Pierre Lemaitre, 314 pages, Le Livre de Poche, 2010

Mon avis : J'ai dévoré ce livre en 2 jours. Le thriller psychologique dans toute sa splendeur ! Lentement, mais sûrement, on voit Sophie décliner, perdre la mémoire puis petit à petit la raison, jusqu'à perdre tout ce qu'elle a de plus cher : son mari, sa dignité, sa vie. Suspectée d'au moins trois meurtres, elle ignore que dans l'ombre se cache celui qui dirige les fils de la marionnette qu'elle est devenue.

Ce livre, l'ouvrir c'est ne pas le refermer. On est pris dans ce tourbillon infernal en même temps que Sophie, on essaie de comprendre avec elle ce qui peut bien lui arriver, comment elle va s'en sortir, et pourquoi tout cela lui arrive à elle...

J'ai aussi beaucoup aimé le style d'écriture. Le passage d'une écriture "hachée" traduisant à merveille l'état d'esprit de Sophie à un style plus "traditionnel" si je puis dire, m'a surprise mais dans le bon sens : il donne encore plus de piquant, un rythme haletant, c'est bien ce qui fait (en plus de l'intrigue) qu'on ne peut tout simplement pas lâcher ce livre !

Merci à la personne qui me l'a conseillé, je ne regrette absolument pas cette lecture !