02 février 2017

Le crime de Combe Jadouille

Que cherche César Abadie, en ce début d'été 1986 lorsqu'il revient dans la demeure familiale, repliée sur les débris d'un passé luxueux, au fond des bois du Périgord ? À la Faujardie, qu'il a fuie dix ans plus tôt, au sortir de l'adolescence, le temps est suspendu depuis un demi-siècle. Son frère Paul, qui cultive la propriété, Finou, la vieille cuisinière et René l'ouvrier agricole, ne lui demanderont rien, mais l'encercleront de leur vigilance impitoyable. Ni l'apparente richesse de César, ni l'inquiétante désinvolture de ses amis n'intimideront ce monde paysan, ligué contre les intrus. Marie, que César a aimée autrefois, parviendra-t-elle à l'aider ? Ou, ayant tenté sans succès d'échapper à la protection étouffante du clan, est-elle aussi désormais tenue à l'écart. Autour de la grande maison aux prises avec l'exclu et les étrangers, l'affrontement ira jusqu'au crime. De loin, le bourg de Reyssac observe en silence. Les affaires de famille ne regardent personne.



Le crime de Combe Jadouille de Brigitte Le Varlet, 330 pages, France Loisirs, 1988

Mon avis : J'ai pioché ce livre dans la Book Jar pour le mois de janvier. Je n'étais pas très convaincue, le titre ne m'attirant absolument pas. Malgré tout je l'ai lu sans a priori... mais...

...je n'ai absolument pas accroché à l'histoire. Pour commencer j'ai eu du mal à visualiser l'environnement de la Faujardie, on manque de descriptions de ce point de vue. C'est quelque chose qui m'a vraiment manqué. Le style d'écriture en lui-même ne pose pas soucis, il se lit bien.

En revanche il y a beaucoup (trop) de personnages, qui sont introduits dès le départ. J'ai eu beaucoup de mal à comprendre qui était qui, quels étaient les liens entre chacun. Finalement certains ne sont plus revus par la suite... Les personnages ne sont pas très fouillés pour la grande majorité, ce qui est dommage car certains sont assez importants, je pense notamment à Finou qui est le cœur de la propriété d'une certaine façon.

Du reste, j'attends toujours le crime. Alors, oui, j'ai abandonné au bout de 230 pages, soit à 100 pages de la fin. Alors peut-être que le vrai crime (en dehors d'un traffic de tableaux) se situe dans ces 100 dernières pages, mais quoi qu'il en soit, je me suis ennuyée tout au long des 230 premières pages. Sans oublier les problèmes de personnages que j'avais du mal à situer, et pour certains je me suis rendue compte que j'avais complètement interprété de travers leur rôle, au bout d'un nombre de pages assez conséquent.

Il est exceptionnel que j'abandonne un livre en cours de lecture, je pense que c'est le troisième en tout et pour tout dans ma vie de lectrice. J'essaie toujours de m'accrocher à un point positif qui va me donner envie de continuer jusqu'au bout malgré tout, mais là... je n'en ai trouvé aucun. Alors si l'un de vous a lu ce livre et l'a aimé, n'hésitez pas à me le dire, peut-être arriverez-vous à me le faire voir sous un autre angle.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire