11 avril 2015

Nymphéas noirs

Nymphéas noirs de Michel Bussi
Le jour paraît sur Giverny.

Du haut de son moulin, une vieille dame veille, surveille. Le quotidien du village, les cars de touristes... Des silhouettes et des vies. Deux femmes, en particulier, se détachent : l'une, les yeux couleur nymphéa, rêve d'amour et d'évasion ; l'autre, onze ans, ne vit déjà que pour la peinture. Deux femmes qui vont se trouver au coeur d'un tourbillon orageux. Car dans le village de Monet, ou chacun est une énigme, ou chaque âme a son secret, des drames vont venir diluer les illusions et raviver les blessures du passé...


Nymphéas noirs de Michel Bussi, 493 pages, Pocket, 2014


Mon avis : Un ophtalmologue renommé, collectionneur des œuvres de Monet, meurt assassiné. Personne ne sait ce qui a bien pu se passer. Pour Laurenç Sérénac qui enquête sur ce crime, l'identité de l'assassin ne fait aucun doute, mais il n'a aucune preuve concrète, juste une intuition. Va-t-il dans le bon sens ? Seule la propriétaire du moulin des Chennevières peut répondre à cette question. De son moulin, cette femme qui a de longues années derrière elle, a vue sur tout le village de Giverny, le village de Monet. Plus particulièrement, elle s'intéresse à Fanette, 11 ans, qui rêve de gagner le concours de peinture, et Stéphanie, qui rêve de quitter son mari et Giverny...

Michel Bussi nous fait plonger au cœur de Giverny, le village de Monet et nous fait découvrir son histoire. Les descriptions sont si envoutantes qu'on a envie de découvrir Giverny de nos propres yeux. Que ce soit la maison de Monet, le chemin du Roy, le moulin des Chennevières ou encore l'île aux Orties... Le tout nous est servi dans un style simple, sans lourdeur. Le livre se lit très facilement. Il est très bien rythmé par les fins de chapitre qui nous laissent chacune dans l'attente de révélations imminentes. Quelque soit le ou les personnage(s) visé(s) par le chapitre, on a tous envie de les retrouver au prochain, de découvrir quelle sera la révélation qui fera tout basculer.

Les personnages sont tous attachants. Que ce soit la petite Fanette et ses peintures, Stéphanie et ses rêves d'évasion. Une Stéphanie qui n'a pas connu beaucoup de bonheur dans sa vie. L'auteur ne nous dit rien sur son passé au départ, mais il parvient malgré tout à nous le faire ressentir. Il sait nous communiquer les sentiments et les états d'âme de ses personnages.
Laurenç Sérénac, quant à lui, tente de détendre l'atmosphère autour de l'enquête mais n'y parvient pas toujours. Son caractère et ses habitudes d'Albi ne conviennent pas à tout le monde du côté de Giverny. Il se laisse facilement distraire, ce qui ne le rend malheureusement pas très objectif pour traiter cette affaire.
De son côté, Sylvio Bénavides tente de garder la tête sur les épaules et de ramener sur terre Sérénac, un peu trop influencé à son goût par ses sentiments. C'est sans contest un enquêteur qui va au fond des choses et s'attache aux preuves avant tout. Bénavides est dévoué à son travail, n'hésitant pas à travailler en pleine nuit alors même que sa femme est enceinte.
Et enfin il y a cette vieille dame. Il ne faut pas l'oublier, elle sait se faire très discrète et pourtant elle sait tout. De prime abord elle nous semble forte et pourtant fragile en même temps. Forte par tous les secrets qu'elle garde, mais fragile par son âge et par ces secrets justement. Le crime a-t-il à voir avec les œuvres de Monet et leur grande valeur, ou les liaisons de la victime ou encore avec un enfant ? Seule la vieille dame semble le savoir mais elle ne se confie pas aisément. Elle observe avant tout et ensuite elle agira, mais pas tout de suite...

L'énigme reste totale jusqu'à la fin, mais la clé du mystère arrive par surprise, comme un coup de gourdin. Un véritable coup de maître que ce final. Jamais on ne se serait douté de la vérité. Et pourtant on en était si proche sans le savoir. Le suspens est maintenu tout au long du livre et atteint son comble juste avant le coup de massue. Comme dit plus haut, les fins de chapitre nous laissent toutes sur notre faim, ce qui rend le livre très difficile à fermer.

En résumé, un gros coup de cœur, je regrette de ne pas avoir découvert cet auteur plus tôt !

Note :
Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Il l'est ! Et pourtant je ne partais pas forcément d'un bon pied avec ce livre, la peinture ce n'est pas vraiment mon truc, mais finalement ce domaine domaine est présent sans être trop envahissant, et l'auteur est vraiment doué pour maintenir le suspens jusqu'au bout !

    RépondreSupprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...