03 juillet 2017

Le Syndrome [E]

Un film mystérieux et malsain qui rend aveugle...
Voilà de quoi gâcher les vacances de Lucie Henebelle, lieutenant de police à Lille, et de ses deux adorables jumelles.
Cinq cadavres retrouvés atrocement mutilés, le crâne scié...
Il n'en fallait pas plus à la Criminelle pour rappeler le commissaire Franck Sharko en congé forcé pour soigner ses crises de schizophrénie.
Deux pistes pour une seule et même affaire qui va réunir Henebelle et Sharko, si différents et pourtant si proches dans leur conception du métier.
Des bidonvilles du Caire aux orphelinats du Canada des années cinquante, les deux nouveaux équipiers vont mettre le doigt sur un mal inconnu,
d'une réalité effrayante et qui révèle que nous pourrions tous commettre le pire.
Car aujourd'hui, ceux qui ne connaissent pas le syndrome E, ne savent pas encore de quoi ils sont capables...




Le Syndrome [E] de Franck Thilliez, 510 pages, France Loisirs, 2011

Mon avis : Alors que Lucie Henebelle est en congés, au chevet de sa fille malade, elle est contactée par une ancienne relation, Ludovic Sénéchal. Il a composé son numéro au hasard, devenu subitement aveugle après avoir visionné un court-métrage ancien, datant des années cinquante, qu'il a trouvé chez un collectionneur. Face à sa certitude d'avoir perdu la vue à cause de ce film, Lucie va accepter d'enquêter et réalise rapidement que quelqu'un est à la recherche de ce film pour le moins perturbant. En parallèle, Franck Sharko est appelé pour enquêter suite à la découverte de plusieurs corps dépouillés de leurs yeux et avec la boîte crânienne ouverte, sciée nette. De façon inattendue, les deux enquêteurs vont découvrir que leurs affaires sont corrélées.

Est-il encore nécessaire de dire combien j'aime la plume de Franck Thilliez ? Ce livre se lit comme on boit du petit lait mais avec une bonne dose d'angoisse malgré tout. Franck Thillez va à l'essentiel tout en ne nous épargnant pas les détails de certaines scènes, comme par exemple le court-métrage particulièrement noir sur lequel Lucie enquête. Je pense que je deviens un peu trop sensible : j'ai eu du mal à lire une scène en particulier, je suis sûre que ceux qui ont lu le livre se doutent de la scène en question.

J'ai vraiment aimé assister à la rencontre de Sharko et Henebelle, deux écorchés de la vie, qui se dévouent corps et âmes pour leur enquête et pour les victimes.
Pour ma part, j'ai trouvé que le personnage de Sharko était beaucoup plus sombre que dans les livres précédents. Ma vision est peut-être biaisée par le fait que je les ai lus depuis bien longtemps maintenant mais j'ai vraiment eu ce sentiment d'une noirceur qu'il n'avait pas, ou moins, dans les livres précédents.
Quant à Lucie Henebelle, elle est tiraillée entre son rôle de mère et ce besoin de rendre justice aux victimes, en particulier l'enfant qui est filmée dans le court-métrage. Il va y avoir pas mal de remise en question sur son travail et les risques qu'elle prend en l'exerçant.

L'intrigue m'a bluffée, Franck Thilliez renverse totalement la situation. Il nous plonge dans l'histoire du Canada, dans une partie très noire de cette histoire tout en nous plaçant face à ce qui sommeille de plus noir en l'homme. On va découvrir des personnalités sans scrupule, machiavéliques, prêtes à tout pour parvenir à leur fin. Le livre est très bien rythmé. Il n'y a aucun temps mort. On se laisse totalement embarquer avec Sharko et Henebelle qui, du reste, forment un duo parfait.
Enfin le final se termine sur un énorme cliffhanger. Autant vous dire que j'ai hâte de me plonger dans [Gataca] !

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires:

  1. Un auteur que j'aimerais beaucoup découvrir :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il ne faut pas hésiter ! Par contre il faut bien garder à l'esprit qu'il peut aller loin dans certain livre sur le côté noir. Clairement il y a pire mais c'est quand même un bon niveau !

      Supprimer

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...