12 décembre 2017

Le Dernier Souffle, tome 1 : Le don

Wyl Thirsk doit assumer le rôle qu'on lui destine depuis sa naissance : commandant en chef des armées de Morgravia. Une responsabilité qui le place sous les ordres d'un despote sadique. Un geste de bonté envers une sorcière condamnée au bûcher vaudra un jour à Wyl un don miraculeux, ainsi que la colère de son seigneur et maître. Wyl est alors envoyé au Nord, pour une mission suicidaire à la cour ennemie... avec pour seule arme un mystérieux pouvoir dont il ne soupçonne pas même l'existence. Or, s'il n'embrasse pas le Dernier Souffle, il signera sa perte et celle du pays qu'il a juré de défendre.



Le Dernier Souffle, tome 1 : Le don de Fiona McIntosh, 478 pages, Bragelonne, 2016

Mon avis : Quand Fergys Thirsk trouve la mort sur un champs de bataille, son espoir est que son fils, Wyl, prenne sa relève en tant que commandant de l'armée de Morgravia et qu'il noue avec Celimus la même relation forte que celle qu'il avait construite avec Magnus, le père de ce dernier, roi de Morgravia. Malheureusement, il apparaît rapidement que les deux hommes vont devenir ennemis jurés. Celimus n'hésite pas à humilier Wyl dès qu'il en a l'occasion. Wyl va avoir un aperçu de toute la perversité de Celimus à l'occasion de la torture et la mise à mort de Myrren, une jeune femme accusée de sorcellerie. Alors qu'elle est sur le point de mourrir elle décide de lui faire un don, dont l'importance ne va pas apparaître immédiatement aux yeux de Wyl, mais qui va tout changer dans sa vie et dans son combat contre Celimus qu'il compte bien éloigner du trône de Morgravia.

Globalement ce livre se lit très facilement. L'écriture n'est pas trop lourde. Je n'ai eu aucun problème à entrer dans l'univers de l'auteure. Le don fait à Wyl par Myrren donne une bonne dose d'originalité à ce roman. J'avais un peu peur sur un éventuel côté romance : cet aspect dans la trilogie Valisar m'avait franchement exaspérée tellement c'était mielleux. Ici, il y a de la romance, mais je ne l'ai pas trouvée aussi lourde que dans Valisar. Je dirais même que sur un cas en particulier, ça arrive sans prévenir comme un cheveu sur la soupe... pour le coup le raccourci était peut-être un peu trop court. Ceci dit pour ma part, n'étant pas fan des romances, ça ne m'a pas du tout dérangée, bien au contraire.

Si certains personnages sont assez bien développés, j'ai trouvé dommage que d'autres soient un peu plus laissés de côté, et que l'auteure n'ait pas fouillé un peu plus leur psychologie ou leur histoire. Je pense notamment aux personnages de Gueryn, Lothryn, Elspyth. Ceci dit, certains seront peut-être plus approfondis dans les tomes suivants.
Ici l'auteure s'est, avant tout, concentrée sur les personnages de Wyl et Celimus. Ce qui est bien évidemment important et nécessaire dans la construction de l'histoire.
J'ai plutôt bien accroché au personnage de Wyl, même s'il mériterait d'être un peu plus réfléchi par moments.

Comme je le disais plus haut, le don de Myrren fait l'originalité de ce livre et je suis curieuse de voir où il va emmener Wyl et comment il va s'en servir sachant comment il "fonctionne".
D'un point de vue intrigue, un grand nombre d'évènements/rebondissements sont prévisibles, mais ça ne m'a pas vraiment gênée. J'ai le sentiment que ce premier tome est plutôt dans l'installation de l'univers et la démonstration du don fait à Wyl plutôt que dans l'action pure et dure.

Un livre que j'ai donc pris beaucoup de plaisir à lire, malgré quelques personnages insuffisamment développés et des éléments assez prévisibles.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...